Categories
Presse

iziwork reste mobilisé contre le Covid

Retour en images sur notre passage sur TF1 juste après l’allocution du Président.

iziwork, fort de sa technologie, est outillé au mieux en ces temps difficiles. Recrutement à distance, processus administratif 100% dématérialisé, réactivité accrue : nous mettons tout en œuvre pour répondre aux besoins de nos intérimaires, de nos clients et de nos partners.

Comme exprimé par Elisa Hurand, Martin Pannier et Mehdi Tahri hier soir lors du JT, toutes les équipes d’iziwork sont prêtes !

Nous restons mobilisés à 100% !

Des questions ? Contactez-nous !

Categories
Presse

iziwork était devant les caméras de TF1 lors du JT de 20h !

Malgré la pandémie, de nombreux secteurs continuent à recruter !

Mehdi Tahri a ainsi pu apporter toute son expertise sur l’évolution du marché de l’emploi. Pour bon nombre d’entreprises, les fêtes de fin d’année vont entraîner un doublement des effectifs.

iziwork s’engage auprès de ses clients à fournir un service de qualité et efficace afin de répondre à leurs besoins !
Qu’attendez-vous pour rejoindre l’aventure iziwork ?

Un grand merci à Stéphane Lefebvre d’avoir accepté ce tournage chez SeD Logistique !

Categories
Conseils et astuces

Top 3 des secteurs qui recrutent malgré la crise

La crise économique liée à la pandémie du COVID-19 tend le marché de l’emploi. Les recherches d’emploi explosent tandis que les offres d’emploi sont en nettes baisses ! Pour exemple, l’agrégateur Indeed est passé d’une moyenne mensuelle de 500 000 offres à 350 000 en août dernier. 

Selon l’Insee, le covid-19 a détruit environ 700 000 emplois en France au premier semestre 2020. Les jeunes sont particulièrement touchés. D’après Pôle Emploi, le nombre de demandeurs d’emploi de moins de 25 ans de catégorie A a grimpé jusqu’à 600 000 personnes en juillet, soit 20% de plus qu’en février.   

Cependant, la crise sanitaire n’a pas freiné toutes les activités économiques.  Nous vous avons concocté le top 3 des secteurs qui recrutent : 

1. Santé

La crise sanitaire a mis en évidence certaines carences du domaine de la santé en France. Le personnel de santé en première ligne est fortement demandé : aides-soignants, infirmiers, secrétaires médicales, préparateurs en pharmacie ou encore techniciens de laboratoire. Tant au niveau des hôpitaux que des Ehpad, le manque d’effectif est souvent pointé du doigt par les représentants du personnel. 

Au-delà des hôpitaux et des Ehpad, c’est finalement tout l’écosystème de la santé qui recherche activement du personnel, de l’aide à la personne à l’action sociale. En effet, des ambulanciers aux travailleurs sociaux en passant par les agents de sécurités, les propositions sont nombreuses pour ces métiers primordiaux au bon fonctionnement de la société. 

2. Agroalimentaire 

L’industrie agroalimentaire a dû faire face à un important flux de demandes. Pour y répondre, elle a dû recruter massivement et continue à le faire. Afin de limiter les risques de contamination et de s’assurer des règles de sécurité alimentaire, la filière agroalimentaire recherche du personnel : des ingénieurs mais surtout des assortisseurs et des préparateurs de commandes. 

Ce boom de l’agroalimentaire est dû à la forte demande des consommateurs. En effet, la grande distribution a vu la demande explosée lors du confinement, notamment dans le drive qui a augmenté son activité de 300%. 

Finalement, c’est toute la chaîne de valeur qui bénéficie de cette augmentation d’activité  notamment le transport et la logistique. 

3. BTP 

Malgré une mise à l’arrêt du secteur lors du confinement, le BTP, locomotive à emplois, rattrape activement son retard. Des études estiment que les embauches dans le secteur vont augmenter de 15 à 20%. Le BTP relève la tête mais les entreprises peinent à recruter. De nombreux postes sont à pourvoir : conducteur d’engins de travaux publics à plombier en passant par les métiers de l’électricité. 

De part son vivier de plus de 600 000 candidats et ses milliers de missions disponibles, iziwork aura forcément un poste ou un intérimaire à vous proposer. Alors qu’attendez-vous ? 

Categories
Entreprises

Se lancer à son propre compte : conseils et bonnes pratiques

Et si cette période était pour vous l’occasion de vous lancer à votre propre compte ?  En 2019, ce n’est pas moins de 815 000 entreprises qui ont été créées, soit 20% de plus qu’en 2018 selon l’Insee. La création d’entreprise attire même de plus en plus les demandeurs d’emploi. Au mois de juin 2020, Pôle Emploi a constaté une hausse de 38%. 

Devenir son propre patron est un grand saut dans l’inconnu. Afin de faire ce bond en avant en toute sérénité, on vous explique tout :  

Les avantages 

Commençons par les bonnes choses, lancer sa propre entreprise comporte de nombreux avantages :  

  • La liberté : désormais libre à vous de choisir vos horaires et votre lieu de travail. En d’autres termes, un mode de vie adapté à votre quotidien. 
  • Flexibilité : vous aurez la possibilité de choisir vos clients et vos collaborateurs ainsi que de gérer de votre entreprise de la façon dont vous le souhaitez 
  • L’épanouissement professionnel et personnel : le bien-être au travail est au cœur de la priorité des français. Trouver du sens, de l’intérêt tout en étant efficace et proactif vous amènera également à vous développer personnellement. 

Afin de pouvoir bénéficier de tous ces avantages, il est nécessaire de définir une stratégie et des objectifs commerciaux. 

Définir une stratégie claire et précise 

Votre stratégie doit être au cœur de vos priorités. Il est nécessaire d’élaborer et coordonner vos plans d’action dans le court et long terme. Surtout, de nombreux néophytes gèrent mal leur temps et traitent toutes les tâches en même temps sans établir de priorité. Déterminez par exemple un résultat financier à atteindre et mettez tous les moyens en œuvre pour y arriver. 

Une fois votre stratégie bien identifiée, il est nécessaire de questionner sur le statut juridique le plus adapté.

Le cadre légal 

Le statut auto-entrepreneur est un régime simplifié de l’entreprise individuelle. Il permet de créer une société à but lucratif avec des démarches administratives simplifiées. Une des conditions est celle de ne pas dépasser un seuil le chiffre d’affaires : de 72 500€ pour les entreprises de services et de 176 200€ pour les entreprises de vente de bien. 

Et ensuite quel statut ? Si vous avez dépassé le seuil de chiffres d’affaires, plusieurs possibilités s’ouvrent à vous. Deux formes juridiques sont les plus courantes : la SAS (société par actions simplifiée) et la SARL (société à responsabilité limitée). 

Le site https://www.legalstart.fr/ vous permettra de découvrir toutes les formes juridiques et d’aller plus loin dans l’analyse. 

Les aides financières 

Pour lancer votre activité, vous pourrez bénéficier de plusieurs aides. On vous dresse ici une liste : 

  • Les garanties financières (BPI France, France initiative) 
  • Des crédits d’impôt pour la création ou le développement de votre entreprise 
  • Le prêt d’honneur (taux à 0%) qui accompagne un prêt bancaire proposé par France initiative 
  • Des exonérations fiscales et sociales partielles voire totales

Se mettre à son propre compte en devenant responsable d’agence iziwork 

Si vous disposez de trois ans d’expérience dans le monde de l’intérim et souhaitez rejoindre la révolution numérique, le réseau iziwork Partners recrutent des centaines de candidats. Les Partners ont un accès à l’ensemble des outils technologiques qui font le succès d’iziwork depuis leur console dédiée : le vivier de 600 000 intérimaires sur le CRM client et le back-office automatisé. Et la cerise sur le gâteau ? Sans aucuns frais ! 

Rejoignez l’aventure iziwork !

Categories
Entreprises

Infographie : Les enseignements clés du groupe Fnac Darty pour le Black Friday 2020

Fin septembre, iziwork a organisé un webinar en partenariat avec Fnac Darty sur la thématique suivante : « Comment anticiper le pic du black Friday ».

Fabrice Coulombel, directeur d’exploitation Entrepôt chez Fnac Darty est revenu sur son expérience longue de 31 ans et sur les potentialités économiques liées à la période du Black Friday.

Notre dernière infographie revient sur les enseignements clés tirés lors de ce webinar.

Categories
Conseils et astuces

S’inscrire en intérim : mode d’emploi

Vous n’arrivez pas à trouver d’emploi ? Vous en avez marre de votre travail ? Vous souhaitez profiter d’une plus grande flexibilité d’horaires et d’une variété de missions ? Si une de ces interrogations résonnent en vous, n’hésitez plus et inscrivez-vous dans une agence d’intérim ! La procédure n’est pas si compliquée qu’elle en a l’air, surtout si vous optez pour des plateformes d’intérim en ligne, comme celle d’iziwork. Tout savoir sur l’inscription en intérim en moins d’une page, c’est par ici : 

L’intérim c’est quoi ?

Le travail temporaire (intérim) est la mise à disposition par une agence d’intérim d’un salarié au profit d’une entreprise utilisatrice pour l’exécution d’une missionencadrée et limitée dans le temps. L’agence d’intérim est le seul employeur de l’intérimaire. Cependant, il est tenu de respecter les règles propres de l’entreprise dans laquelle il effectue sa mission. 

Comment s’y inscrire ? 

Chaque agence d’intérim dispose de règles spécifiques lors de la procédure d’inscription des intérimaires. Les agences traditionnelles imposent souvent plusieurs déplacements en agence. Prenez donc soin de regarder en avance les horaires d’ouverture et les horaires d’inscription. Vous devrez par la suite réaliser des tests de personnalité, passer un entretien RH et rencontrer votre conseiller. Toutefois, il existe des nouvelles agences qui proposent une procédure d’inscription en intérim entièrement dématérialisée. C’est notamment le cas d’@iziwork qui permet une inscription en moins 2 minutes. Oubliez également les tests et les entretiens, vous n’avez qu’à rassembler les documents et en quelques clics vous êtes inscrit. 

Pourquoi faire de l’intérim 

Vous avez désormais compris les grandes lignes de l’intérim mais souhaitez maintenant connaître lesavantages de ce statut. Ça tombe bien, ils sont nombreux : 

  • Acquérir une première expérience professionnelle 
  • Intégrer plus facilement le monde
  • Développer son réseau 
  • Renforcer ses compétences et/ou en développer de nouvelles 
  • Faire ses preuves auprès d’une entreprise afin d’être embauché en CDD ou un CDI    
  • Profiter d’une grande flexibilité sur le plan de la durée des missions et des horaires de travail. 

La procédure d’inscription chez iziwork 

iziwork propose une inscription simple et efficace. Grâce à son application mobile, l’inscription se fait en seulement 2 minutes ! Il suffit simplement de : 

  1. Fournir les éléments d’information sur votre identité : noms et prénoms, adresse mail et numéro de téléphone. 
  2. Créer un mot de passe et indiquer une adresse postale.
  3. Indiquer la distance maximale que vous êtes en mesure de parcourir pour effectuer vos missions. Préciser si vous êtes ou non véhiculé(e).
  4. Choisir les domaines d’activité dans lesquels vous êtes compétents.
  5. Importer les documents requis, notamment votre CV ou une photo de celui-ci. Il vous sera également demandé d’ajouter, si possible, une expérience professionnelle.
  6. Confirmer votre disponibilité et votre adresse mail.

Si la technologie permet d’automatiser toutes les tâches administratives, le lien humain est une priorité pour iziwork ! Un conseiller vous contactera après votre inscription et vous suivra tout au long de votre parcours. Qu’attendez-vous encore pour vous inscrire ? Rejoignez l’aventure iziwork !

Categories
Actus iziwork

Retour sur le Partners Day 2020 !

Retour en images sur notre magnifique journée dédiée à nos Partners !

Un événement qui fait date dans la stratégie de croissance d’iziwork ! Placé sous le signe de la rencontre et de l’ambition, ce premier Partners Day a permis à l’ensemble de nos Partners de se forger une vision commune !

Découvrez la vidéo !

Categories
Conseils et astuces

Contrat de mission intérim : qu’est-ce que c’est ?

Vous débutez dans l’intérim ou vous êtes intérimaire et souhaitez en savoir davantage sur le contrat de mission ? Il est vrai que les relations contractuelles en intérim ne sont pas toujours simples à comprendre. Les acteurs impliqués et les types de contrats sont nombreux. Comment s’y retrouver ? Focus sur ce qu’est un contrat de mission.

Qu’est-ce que l’intérim ?

Lorsqu’il travaille en intérim, le travailleur temporaire est mis à disposition d’une entreprise utilisatrice par une entreprise de travail temporaire, comme la plateforme d’intérim entièrement digitalisée d’iziwork, pour effectuer des missions temporaires et ponctuelles.

L’intérim se caractérise par une relation triangulaire entre l’entreprise de travail temporaire, l’entreprise utilisatrice et l’intérimaire. C’est pourquoi le contrat d’intérim, appelé également contrat de travail temporaire, se divise en deux sous-contrats (article L 1251-1 du code du travail) :

  • le contrat de mission, qui est conclu entre l’ETT (entreprise de travail temporaire) et l’intérimaire. L’employeur de l’intérimaire est par conséquent l’ETT ;
  • le contrat de mise à disposition, qui est signé entre l’entreprise utilisatrice et l’ETT.

Le contrat de mission : que dit la loi ?

Les cas de recours possibles au contrat de mission

Une entreprise utilisatrice peut recourir à l’intérim dans des cas précis, prévus par l’article 1251-6 du code du travail :

  • le remplacement d’un salarié absent ;
  • le remplacement d’un salarié qui n’a pas encore pris son poste ;
  • le remplacement d’un salarié qui a quitté l’entreprise et dont le poste doit être supprimé prochainement ;
  • le remplacement d’un salarié en temps partiel pour une durée limitée ;
  • l’accroissement temporaire de l’activité de l’entreprise ;
  • la réalisation d’une mission à caractère saisonnier ;
  • les emplois d’usage ;
  • certains cas particuliers : travaux urgents, travaux de réparation, remplacement du conjoint, remplacement d’un chef d’entreprise, remplacement d’une personne exerçant en libéral, remplacement d’un chef d’exploitation.

Quelle que soit la raison du recours, elle ne doit pas avoir pour objectif de pourvoir durablement un poste lié à l’activité permanente et normale de l’entreprise (article L 1251-5 du code du travail).

Le terme du contrat de mission

Un contrat de mission peut être conclu :

  • à terme précis 
  • à terme non précis.

Le contrat de mission peut être conclu à terme non précis dans certains cas mentionnés à l’article L 1251-11 du code du travail :

  • salarié absent ou dont le contrat est suspendu ;
  • attente de prise de poste par un autre salarié employé en CDI ;
  • emplois saisonniers ;
  • remplacement d’un chef d’entreprise, chef d’exploitation, personne exerçant en libéral.

Le contrat prend fin lorsque la personne remplacée revient ou lorsque l’objet de la mission est réalisé.

La durée du contrat de mission

La durée du contrat de mission peut être fixée par :

  • la convention collective de l’entreprise ou l’accord de branche étendu ;
  • le code du travail : la durée ne peut alors excéder dix-huit mois, renouvellements compris.

La durée dépend des cas de recours (article L 1251-12-1 du code du travail) :

  • le remplacement d’un salarié absent  : 18 mois ;
  • le remplacement d’un chef d’exploitation, le remplacement d’un chef d’entreprise, remplacement d’une personne exerçant en libéral, : 18 mois ;
  • le remplacement d’un salarié qui n’a pas encore pris son poste : 9 mois ;
  • le remplacement d’un salarié qui a quitté l’entreprise et dont le poste doit être supprimé prochainement : 24 mois ;
  • l’accroissement temporaire de l’activité de l’entreprise : 18 mois ;
  • la réalisation d’une mission à caractère saisonnier  : non précisé ;
  • les emplois d’usage  : 18 mois ;
  • certains cas particuliers : travaux urgents, travaux de réparation, remplacement du conjoint : 9 mois ;
  • commande exceptionnelle à l’exportation, mission à l’étranger : 24 mois.

D’après la loi, le contrat de mission peut être renouvelé deux fois, mais le cumul total de la durée des trois contrats successifs ne peut dépasser la durée légale maximale. La convention collective ou l’accord de branche étendu peuvent prévoir des dispositions spécifiques, inscrites dans le contrat de travail.

La période d’essai du contrat de mission

La durée de la période d’essai peut, comme c’est le cas pour la durée maximale du contrat de mission, être déterminée par la convention collective de l’entreprise ou l’accord de branche étendu. Si ce n’est pas le cas, l’article L 1251-15 du code du travail dispose :

  • deux jours : contrat d’un mois ou moins ;
  • trois jours : contrat de plus d’un mois et de moins de deux mois ;
  • cinq jours : durée supérieure à deux mois.

Les mentions obligatoires du contrat de mission

Pour être valable, le contrat de mission rédigé par une ETT, telle qu’iziwork, doit comporter certaines mentions obligatoires établies par écrit, énumérées aux articles L 1251-16 et L 1251-43 du code du travail :

  • le cas de recours ( le nom et la qualification de la personne remplacée doit être précisé) ; 
  • le terme de la mission ; 
  • la mention de la possibilité de modification du terme de la mission (articles L. 1251-30 et L. 1251-31 du code du travail). Cette précision doit également être apportée dans l’avenant de renouvellement de mission ;
  • les caractéristiques du poste : risque particuliers, qualification professionnelle exigée, lieu de la mission, horaires de la mission ;
  • les précisions concernant les équipements utilisés : nature et fournisseur (entreprise de travail temporaire, notamment) ; 
  • les éléments concernant la rémunération : son montant, l’existence de primes et accessoires de salaire qui seraient en temps normal perçus par un salarié de l’entreprise utilisatrice de qualification équivalente qui occuperait le même poste ;
  • la qualification professionnelle du salarié ;
  • les éléments concernant les modalités de la rémunération perçue par le salarié, notamment celles relatives à l’indemnité de fin de mission ;
  • la durée de la période d’essai, le cas échéant ;
  • la clause de rapatriement : si le salarié exerce une mission en dehors de la métropole, l’entreprise de travail temporaire est tenue de régler les frais de rapatriement, le cas échéant. La clause n’est plus valable si le contrat de mission est rompu à l’initiative de l’intérimaire ;
  • les éléments concernant l’organisme de prévoyance et la caisse de retraite complémentaire de l’ETT : nom et adresse ; 
  • une mention qui précise que l’entreprise utilisatrice est en droit de pouvoir embaucher le salarié à l’issue de sa mission d’intérim. 

L’entreprise de travail temporaire dispose d’un délai de deux jours ouvrables pour transmettre le contrat de mission à l’intérimaire, une fois sa mise à disposition effectuée.

Quels sont les avantages d’un contrat de mission avec iziwork ?

Grâce à son fonctionnement entièrement digitalisé et son algorithme puissant, l’agence d’intérim iziwork est en mesure de vous trouver en un rien de temps une mission en adéquation parfaite avec votre profil. Vous aurez par ailleurs accéder en ligne à tous vos documents, y compris votre contrat de mission, par le biais de l’appli iziwork. Lorsque vous travaillez avec iziwork, vous bénéficiez de nombreux avantages : primes, programme de fidélité, CET, etc.

L’intérim vous intéresse ? Si vous recherchez une ETT capable de vous proposer rapidement et simplement une mission d’intérim qui correspond à vos besoins, choisissez iziwork !

Categories
Presse

Toulemploi – Envie de rejoindre la révolution numérique en Occitanie ?

La ville rose parle de nous !

Medhi Tahri s’est entretenu avec Ingrid Lemelle pour le média Toulemploi, il a ainsi pu revenir sur la raison d’être d’iziwork et ses ambitions en Occitanie. Afin de s’implanter davantage dans la région, iziwork recherche entre 30 et 50 partners !

iziwork compte aujourd’hui plus de 150 collaborateurs et affiche une croissance annuelle avoisinant les 300% ! La révolution numérique du marché du travail temporaire continue son extension.

Retrouvez l’article complet en cliquant ici.